location vente bateaux marseille côte d'azur

30.12.2021 | Actualités

Le classe 40 Experience soutenu par SUD PLAISANCE en Martinique

L’aventure se termine pour le Classe 40 skippé par Sébastien Audigane et Francois Jambou. SUD PLAISANCE et toute son équipe ont suivi avec passion cette course éprouvante que fut cette édition de la Transat Jacques Vabre 2021. Une occasion pour l’entreprise de donner du sens à son action et de soutenir une association qui milite pour la transition environnementale. Ce sujet est au cœur de la stratégie de SUD PLAISANCE qui prépare en 2022 des annonces importantes et notamment la mise à disposition de solutions électriques et à base de biocarburants pour la marine de plaisance.

Retour d’expérience après la Transat Jacques Vabre 2021. Bravo à nos skippers qui ont porté haut nos couleurs entre le Havre et la Martinique.

 

Photos Jean-Louis Carli – ALEA – Transat Jacques Vabre
Sébastien Audigane et François Jambou ont mis, tôt ce matin, un terme à la longue aventure de cette Transat Jacques Vabre 15ème du nom. Leur voilier Entrepreneurs pour la planète a franchi la ligne d’arrivée de Fort de France en vingt-neuvième position de la catégorie Class40. Les deux hommes auront mis 23 jours, 20 heures, 12 minutes et 28 secondes pour parcourir les 4 580 milles théoriques depuis Le Havre à la vitesse moyenne de 8.00 nœuds. Mais Ils ont en réalité parcouru 5 411.28 milles sur le fond à 9.46 nœuds de moyenne.

Au soulagement et à la satisfaction de rallier la Martinique, Sébastien Audigane et François Jambou, en compétiteurs habitués de jouer le haut des tableaux, rajoutent aussi un léger sentiment de frustration. La course s’est en effet jouée très tôt pour eux, lors de l’invraisemblable et inattendu scenario du passage de la pointe de Bretagne totalement encalminée, avec le jeu pernicieux des renverses des forts courants qui leur ont fait manquer le passage à niveau. La course poursuite entreprise dès lors s’est déroulée dans d’autres conditions météos elles aussi inhabituelles en cette période de l’année, avec des alizés anémiés, voire absents, qui n’ont à aucun moment permis au duo de tirer la quintessence d’un bateau qui aime la brise. Seb et François ressortent comme après chaque transat, riches de nouvelles expériences, au premier rang desquelles cette belle complicité entre deux marins aux profils si différents, et qui, dans la difficulté, ont su rester solidaires pour amener le bateau en Martinique, et clore une année dédiée à la belle cause défendue par Entrepreneurs pour la Planète.

Sébastien Audigane : « Nous avons vécu une longue transat, 24 jours en mer, qui n’ont pas été faciles. Météo douteuse, alizés absents, pétole, dorsales…. Le scenario de course a été pour le moins curieux et inattendu. Il nous a fallu 5 jours pour rejoindre l’Espagne. Les jeux ont été faits très tôt pour nous, avec ce passage à niveau de l’île de Sein, qui s’est refermée devant nous à 200 mètres près. Les choses ont très mal commencé dès le départ, quand nous réalisons dès le bord spectacle vers Etretat, que notre girouette ne marche pas. Nous avons d’emblée été privés d’indications de force et d’angle de vent. On a tout fait au compas ! En barrant l’essentiel du temps. On choppe ensuite quelque chose dans la quille au niveau de l’île de Batz, et on se rend compte très vite que l’on n’a pas la vitesse. On se fait doubler par des bateaux intrinsèquement moins rapides que nous. Il faut attendre la pétole en Mer d’Iroise pour que François puisse plonger dans les courants et dégager la quille. Mais la renverse du courant se fait juste devant nous et nous devons mouiller pour ne pas reculer. À partir de là, les jeux sont faits. Nous n’aurons jamais les conditions de vent fort espérées pour pouvoir nous refaire. La course part par devant et dans 10 à 12 nœuds de vent, on n’aura jamais la vitesse pour espérer revenir au classement. Le bateau était optimisé pour la brise, que nous n’avons jamais eu. Cela reste une expérience très riche humainement. Nous avons été heureux toute la saison de porter les couleurs d’Entrepreneurs pour la Planète. »

François Jambou : « Ce fut mon plus long séjour en mer. C’est une véritable expérience de vie et de marin. Nous sommes naturellement un peu frustrés de ne jamais avoir été en condition de nous refaire après le passage à niveau de l’île de Sein. Il y a une frustration pas seulement par rapport à notre classement final, mais de ne jamais avoir pu tirer sur le bateau dans la brise. L’impression d’être toujours demeuré en dedans de notre potentiel. On a beaucoup barré. On arrive fatigués. Mais satisfaits malgré tout, car cela reste une Transat Jacques Vabre, sur un parcours inédit et très long. Le parcours était intéressant mais le passage au Cap Vert a un peu bloqué le jeu des options. »

Christophe Caille, Président – Fondateur de l’association Entrepreneurs pour la Planète : « Cette arrivée est l’accomplissem

ent d’une belle collaboration d’une année entre notre association, Sébastien et François. Nous avons découvert un univers extr

aordinaire. Je pense que nous avons trouvé notre place et que nous avons hissé haut les couleurs d’Entrepreneurs pour la Planète. Ce n’était pas gagné d’avance pour une entité comme la nôtre. Notre message est passé à travers notre voilier au fil de la saison et je suis persuadé qu’un plus large public a désormais conscience que les entreprises peuvent être considérées comme La solution pour accélérer la transition écologique, limiter le réchauffement climatique et préserver la biodiversité. Nous n’avions pas d’objectifs sportifs définis avant le départ de la Transat Jacques Vabre. Nous avons réussi à aller jusqu’au bout de ce défi sportif et humain et ce n’est pas anodin. Le voilier va assez vite rentrer à Marseille en hivernage et nous verrons la suite à donner à cette aventure ambassadrice de nos valeurs. Merci à Sébastien et François de nous avoir fait rêver. »

Tout savoir sur la Transat Jacques Vabre et Entrepreneurs pour la planete.